La Peur du Sage : Première partie

Auteur : Patrick ROTHFUSS

Editeur : Bragelonne (Août 2012)

Format : Relié | 576 pages

Prix : Introuvable à l'heure actuelle (mais moi j'en ai encore trouvé un :P )

 

J’ai dormi des milliers de nuits et parcouru des milliers de kilomètres.
Je m’imaginais que tout serait très facile, une fois que je serais à l’Université. J’y apprendrais la magie et trouverais les réponses à toutes les questions que je me posais. Je croyais que tout se passerait aussi simplement que dans les livres de contes.
Et il aurait pu en être ainsi, si je n’avais pas eu le don de me faire des ennemis et de m’attirer les ennuis.
Cette histoire n’a rien d’une romance enlevée. Ce n’est pas une fable, où l’on revient d’entre les morts. Ce n’est pas un récit épique destiné à galvaniser les esprits. 
Non. Nous savons tous de quel genre d’histoire il s’agit.
Quand quelqu’un vous raconte une partie de sa vie, c’est un cadeau qu’il vous fait."

Mon premier coup de coeur de l'année. Et dans un sens, ce n'est pas vraiment une surprise. Déjà après la lecture du "Nom du Vent", premier volume relatant les aventures de Kvothe, j'étais enthousiaste comme jamais. Il faut être franc, Patrick Rothfuss a un petit quelque chose qui se réveille quand il prend la plume et qui rend ses récits particulièrement addictifs.

Reprenons donc d'abord le contexte général de l'histoire. Les chroniques du tueur de roi relatent l'histoire de Kvothe, jeune Edemah Ruh qui se décide à rejoindre l'Université, célèbre école qui forme les arcanistes (lisez magiciens et alchimistes). De la s'enchaînent toutes sortes de péripéties qui démontreront que notre héros n'est pas un jeune homme comme les autres.

J'ai peur d'en dire plus et d'arriver à vous spoiler d'une manière ou d'une autre donc je vais sagement arrêter là ma description du récit.

Comme je vous le disais, mon premier coup de cœur de l'année. Et je vais vous en expliquer les raisons de suite.

Pour commencer, le style d'écriture. La patte de Pat (j'ai pas pu m'en empêcher) est pour le moins, comment dire ... Hors norme. Les descriptions, même si parfois elles peuvent être longues, ne deviennent jamais ennuyantes ni rébarbatives car chaque mot, chaque expression, chaque détail est choisi avec soin, le même soin qu'un bijoutier apporte au choix d'un diamant. La lecture en est encore plus savoureuse et facile. Les pages filent sous vos yeux, l'air de rien, tellement il est facile de se laisser emporter par la beauté et la magie des mots.

Les personnages ensuite, tous autant qu'ils sont, ont été créé avec une complexité et un soucis du détail tel que chacun vous semblera exister et se trouver à vos côtés. D'ailleurs, avec le recul, on se rend compte que chaque personnage recèle d'éléments qui vous rapprocheront d'eux. Untel à le même défaut que vous, unetelle correspond à vos fantasmes (oui, perso, je retrouve en Denna une part de ma compagne), ou encore Kvothe est le type de personnage qui vous hérisse  le poil mais que vous ne pouvez qu'aimer et adorer.

Voilà d'ailleurs une autre force de la saga. Kvothe n'est pas le héros parfait ni parfaitement mauvais. C'est peut être un détail pour la plupart d'entre vous mais pour ma part, un héros qui sort du classique prince charmant ou du méchant assassin qui se repent progressivement, ça donne une valeur ajoutée au récit.

Je pense qu'il est temps de conclure. Vous l'aurez compris, un véritable coup de cœur pour moi que les récits de Rothfuss. Alors, si je devais vous convaincre en un mot, je dirais : monument.

 

Ma prochaine lecture :

 

Je file dans le monde SF maintenant avec Pandore abusée de Peter F. Hamilton. Cela me permettra de mettre un petit 1 dans chaque catégorie de mon challenge. Youpihou ... Par contre, je pense que je vais prendre un autre petit livre en parallèle ... L'air de rien, Pandore abusée est un livre assez dense.

Écrire commentaire

Commentaires : 2
  • #1

    Caya (mercredi, 16 janvier 2013 00:32)

    Ok, cette histoire de Denna qui te rappelle ta compagne m'intrigue... Va falloir t'expliquer...

    Heureusement qu'il y a le mot "fantasme" devant, ça rattrape.

    Oui, désolée mais Denna pour moi est une pétasse manipulatrice. Je ne sais pas ce qui me hérisse le plus chez elle; elle ou bien la vénération que lui porte Kvothe que j trouve assez agacante... Surtout que d'après Bast (c'est pas un spoil c'est dans le Nom du Vent qu'il le dit) elle n'est même pas si jolie que ça.
    Pffff, encore une qui a une capacité pulmonaire évidente, et forcément le héros ne voit que ça.

  • #2

    Arnaud Cremer (mercredi, 16 janvier 2013 10:08)

    Je vais m'expliquer ... Mais dois-je vraiment le faire ici :P ? Je peux t'expliquer tout à l'heure quand je rentre du boulot ?

    Non, plus sérieusement, j'ai pris l'exemple de Denna parce qu'effectivement je vois une similitude.
    En dehors de cette fameuse capacité pulmonaire, il y a aussi le fait que Denna voue quand même un amour inconsidéré pour Kvothe et l'on s'en rend compte dès leur première rencontre dans le nom du vent. Par contre, elle envoie un peu chier les autres hommes.
    T'es un peu pareille :P. En dehors du côté "fantasme", tu es du genre à aimer quelqu'un et puis un peu "envoyer sur les roses" quand ça t'arrange.
    Ca te va comme explication ?